Le patrimoine baroque : une nouvelle conscience de la splendeur du patrimoine culturel de l’Unesco au pays du baroque. L’événement de trois jours promu par la destination touristique unique « Enjoy Barocco » a débuté à Ragusa. Pour les touristes et les visiteurs, spectacles, musées ouverts, visites guidées.

RAGUSA – Ce matin, le professeur Carmelo Occhipinti, maître de conférences à l’université de Rome Tor Vergata, a ouvert les trois journées d’études internationales « Patrimoine baroque – mots, formes, perspectives ». Le point de vue du professeur Occhipinti sur le baroque a brisé la perception traditionnelle de l’architecture et des œuvres artistiques produites dans la région de Raguse et de la Sicile méridionale entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Ce matin, à l’église de la Badia de Raguse, Occhipinti a mené une réflexion « en s’appuyant sur les témoignages de la période de référence, et non sur ceux des historiens de l’art qui ont vécu au cours des deux siècles suivants ». « Il est important d’étudier une époque, remarque Carmelo Occhipinti, de puiser aux sources de l’époque elle-même et de comprendre quelle est la perception qu’une époque a d’elle-même. On s’aperçoit alors que la catégorie baroque est inutile, car il s’agit d’une catégorie formée bien plus tard que la période historique qu’elle est censée définir. Il en résulte une perception d’une époque complètement différente de celle que nous donnent les textes d’histoire de l’art et d’histoire de l’architecture produits au cours des dernières décennies ». « Les artistes et artisans des XVIIe et XVIIIe siècles prétendaient créer des œuvres modernes sous la bannière de la continuité du XVIe siècle. Les maîtres incontestés, comme Raphaël et Michel-Ange, leur avaient en effet appris à regarder l’art classique non pas pour l’imiter mais pour le dépasser, précisément dans le sens de la modernité. Ainsi Piero da Cortona prétendait imiter les anciens pour les dépasser dans le sens d’un effet de vitalité, de dynamisme et de mouvement que Raphaël avait déjà su imprimer à ses œuvres. C’est nous qui avons tendance à opposer ces deux visions artistiques, qui en réalité sont en continuité », a ajouté le professeur d’origine ragusaine.
Lors des salutations institutionnelles, la présidente du GAL Terra Barocca, Domenica Ficano, a salué les invités de marque qui, pendant tout le week-end, contribueront à faire connaître la richesse de la destination unique « Enjoy Barocco ». « Ces trois jours sont très intéressants », a-t-il déclaré, « car ils permettent d’entrecroiser les traditions et les activités culturelles et historiques de cette région.

C’est le maire de Raguse, Peppe Cassì, qui a fait les honneurs de la cérémonie. En accord avec le maire de Caltagirone, Fabio Roccuzzo, il a souligné l’importance de travailler en synergie entre les territoires baroques de la vallée de Noto. M. Roccuzzo, qui est également président de l’Unité opérationnelle Unesco des villes du baroque tardif de la vallée de Noto, a ajouté : « Nous faisons partie intégrante d’un grand site Unesco, nous avons le devoir de travailler dans ce sens, sans prétentions ni esprit de clocher. Réflexions partagées par le conseiller municipal de Scicli, Peppe Puglisi, et la conseillère municipale de Santa Croce Camerina, Caterina Gambino, qui se sont exprimés au nom des municipalités membres du GAL. En revanche, le directeur du GAL, Salvatore Occhipinti, a présenté les paris poursuivis par le groupe d’action locale, « parmi lesquels « Enjoy Barocco », première étape de son engagement en faveur du tourisme durable, du développement agroalimentaire et de l’inclusion sociale ».
Les propos de Paolo Patané, directeur de l’Ente Gestore di Città Tardo Barocche del Val di Noto, ont également été importants. « Le grand effort d’activation de cet organe de gestion doit se poursuivre par le contact avec les territoires. Il est essentiel que nous nous adressions au réseau des opérateurs, dont le Gal est une expression fondamentale, et à la citoyenneté en général. L’étape cruciale est maintenant de sortir de l’approche élitiste et de promouvoir la participation communautaire ».
Comme l’ont expliqué Marco Platania, professeur d’université et coordinateur du DMO Enjoy Barocco, et Santo Burgio, de l’université de Catane, le travail en réseau est important. « La destination unique « Enjoy Barocco », a déclaré M. Platania, regroupe plus de 100 entreprises travaillant dans le secteur et vise à accroître le capital de réputation de la destination unique, afin de faire de la région du Val di Noto une destination touristique compétitive sur les marchés internationaux. « Le saut qualitatif, explique Burgio, c’est de traverser des réseaux homogènes dans lesquels nous avons l’habitude de nous confronter. C’est pourquoi Barocco Heritage commence par des regards littéraires sur le baroque, le jour même, puis aborde le thème des sites baroques et enfin, le dimanche, initie la comparaison entre les circuits culturels et économiques. Nous devons tous jouer notre rôle ».

Aujourd’hui, des conférences et des lectures seront consacrées au thème de la relation entre l’art et la littérature baroques.

Présidente Sandra Condorelli (Université de Catane). Après l’intervention du professeur Occhipinti, Massimo Lucarelli (Université de Caen Normandie) a présenté « L’idée du baroque au XXe siècle : le cas Ungaretti », tandis que Claudio Castelletti, de l’Université de Rome Tor Vergata, s’est exprimé sur « Le Vate imaginatif : L’art et l’architecture baroques dans la poétique de Gabriele d’Annunzio ».

Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) sur ‘Le baroque avant le baroque. Per una preistoria della nozione da De Brosses a Briganti » (Pour une préhistoire de la notion de De Brosses à Briganti), qui a apporté le point de vue français sur le baroque tardif.

Par liaison vidéo, Marcello Fagiolo (CISB – Centro Internazionale di Studi sul Barocco) a parlé de la « chute et de la résilience de la civilisation baroque dans l’historiographie du XXe siècle », tandis que Marina Cafà (Université de Rome Tor Vergata) et Ezio Donato (Université de Catane) ont captivé l’auditoire avec leur « Viaggio letterario nel paesaggio barocco di Sicilia » (Voyage littéraire dans le paysage baroque de la Sicile).

Barocco Heritage se rendra à Modica demain, 6 mai, pour la deuxième journée d’études intitulée « Architectes et chantiers de l’époque baroque en Sicile et en Méditerranée ».

Parallèlement aux manifestations scientifiques, une série d’événements spéciaux ont été prévus, grâce aux municipalités du GAL Terra Barocca, avec des ouvertures extraordinaires de palais, des spectacles, des concerts, des visites guidées, des visites théâtrales et des musées ouverts la nuit.

Lire aussi

Événements à venir

No event found!
Enjoy Barocco

GRATUIT
VOIR